Mahmoud Abbas plaide contre le transfert des ambassades à Jérusalem

En visite au Venezuela, le président de l’Autorité palestinienne a dit espérer que les pays latino-américains ne suivraient pas l’exemple des Etats-Unis, qui ont décidé de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, en visite lundi 7 mai au Venezuela, a demandé aux pays latino-américains de ne pas transférer leur ambassade en Israël à Jérusalem, comme s’apprêtent à le faire les Etats-Unis. « Nous espérons que certains pays du continent américain ne transféreront pas leur ambassade à Jérusalem car cela est contraire à la légalité internationale », a déclaré M. Abbas lors d’une réunion avec son homologue vénézuélien Nicolas Maduro.

Mahmoud Abbas a remercié pour son soutien le dirigeant socialiste, qui a « rejeté » la décision de Washington de reconnaître « Jérusalem comme la capitale d’Israël, et le transfert de son ambassade ». « Nous sommes intéressés par des négociations sérieuses avec Israël basées sur la légalité internationale (…) (Afin) que la Palestine soit acceptée comme un pays à part entière des Nations unies », a ajouté le président de l’Autorité palestinienne.

SUR LE MÊME SUJET

Le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem commencera en mai

« Une décision illégale »

Le dirigeant vénézuélien, de son côté, a rejeté « les décisions contre-nature du gouvernement des Etats-Unis ». « C’est une décision illégale qui méconnaît le mandat des Nations unies (…) Nous aspirons à ce que tôt ou tard, sur la base du droit international et sous le mandat de l’ONU, des négociations puissent reprendre pour rendre son territoire à la Palestine », a ajouté Nicolas Maduro.

Donald Trump a annoncé en décembre sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, rompant avec ses prédécesseurs. Contrairement à ce qu’il avait laissé entendre, il a indiqué lundi qu’il ne se rendrait pas à l’inauguration de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, lundi prochain. Il y sera représenté par John Sullivan, numéro deux de la diplomatie américaine, et par sa fille et conseillère Ivanka.

Ce transfert très controversé est prévu le 14 mai pour coïncider avec le 70e anniversaire de la création de l’Etat d’Israël.

Publicités