Déclaration du collectif des. Victimes et Survivants du Genocide de 1973 sur le Massacre-Carnage de Ruhagarika du 11/05/2018

Le Collectif des survivants et victimes du génocide Hutu de 1972 (avant et après) a appris avec consternation l’attaque contre des familles innocentes dont plusieurs de Hutu, perpétrée par un groupe de criminels terroristes dans la nuit du 11/5/2018 sur la colline Ruhagarika en province de Cibitoke, au Nord-Ouest du Burundi. Bilan provisoire qui s’élèverait à au moins 26 victimes dont 10 membres d’une même famille et 11 enfants de moins de 15 ans.

Le Collectif international tient à exprimer sa révolte devant ce geste crapuleux et adresse ses condoléances les plus attristées aux familles éprouvées.

Pour nous, membres du Collectif des orphelins, survivants et victimes du génocide Hutu de 1972, ce qui s’est passé à Ruhagarika est non seulement, une forme de terrorisme, mais aussi un acte à connotation génocidaire comme on l’a déjà vu dans le passé. Que ce soit en 1961, 1965, 1969, 1972, 1988, 1993 en1995 et bien plus récemment en 2015.

Le Collectif s’insurge contre cette attaque meurtrière perpétrée contre d’autres familles hutues ayant appris qu’une famille en particulier d’un agent de police bien connu avait été ciblée.

Quand un groupe d’individus décide de s’attaquer aux membres d’une communauté quelconque mais que des familles de Hutu sont ciblées en particulier, cela s’appelle certes insuffler de la terreur, donc « terrorisme », mais aussi avec une intention « génocidaire » très subtilement masquée.  Aucun Citoyen Burundais, fut-il Hutu, Tutsi ou Twa, ne devrait payer de sa vie le simple fait que quelqu’un conteste le mandat constitutionnel de SE Pierre Nkurunziza ou la tenue   du referendum prévu ce 17 mai 2018.

Le Collectif International des Survivants et Victimes du génocide commis contre les Hutus en 1972 (avant et après) exhorte les services de sécurité et surtout la justice burundaise de faire des enquêtes minutieuses afin de traquer et traduire devant les tribunaux ces fauteurs de troubles afin qu’ils soient jugés puis condamnés de façon exemplaire pour terrorisme et génocide tous à la fois.

Publicités