Au Burundi, un référendum encadré de près par le régime de Nkurunziza

Quelque 4,8 millions d’électeurs étaient appelés à s’exprimer sur une révision constitutionnelle devant permettre au président d’exercer ses fonctions jusqu’en 2034.

Les Burundais ont voté, jeudi 17 mai, lors d’un référendum sur une vaste révision constitutionnelle destinée à renforcer le pouvoir du président, Pierre Nkurunziza, et à lui permettre d’éventuellement rester en fonctions jusqu’en 2034.

Quelque 4,8 millions d’électeurs étaient appelés à s’exprimer sur cette réforme qui consacre définitivement la dérive autocratique du pouvoir observée ces trois dernières années. Ils ont afflué très tôt dans les 11 076 bureaux de vote, fortement incités en ce sens par les autorités, qui encadraient de près le référendum. Un fort déploiement sécuritaire avait été prévu et aucun incident n’a été recensé.

Le comptage des bulletins a commencé dès la fermeture des bureaux à 16 heures (14 heures GMT). La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a indiqué qu’elle publierait les résultats après avoir reçu tous les procès-verbaux, sans dire combien de temps cela pourrait prendre.

Voix discordantes étouffées

De longues files ont été observées en différents endroits. Dans la province de Ngozi (nord), d’où est originaire M. Nkurunziza, plusieurs centaines de personnes sont arrivées avant l’aube au centre de vote d’une école primaire, a constaté un photographe de l’AFP.

« Je suis venu à l’aube parce que j’étais impatient de voter pour le oui pour consolider l’indépendance et la souveraineté de notre pays », a déclaré à l’AFP un cultivateur d’une trentaine d’années, se présentant sous le nom de Miburo.

Vêtu d’un survêtement bleu et coiffé d’un chapeau de cow-boy orange, le président Nkurunziza a voté dès 6 h 45 sur sa colline natale de Buye, en compagnie de son épouse.

Il a salué « l’engouement » de la population, venue participer « en masse » à ce référendum. Son responsable de la communication, Willy Nyamitwe, a lui aussi vanté, sur Twitter, l’entrain des Burundais, « impatients d’aller voter ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s