Assassinat du Président élu Melchior Ndadaye (Vingt ans après le Carnage ignoré des cadres de la démocratie naissante)

Au minimum cent quarante Hauts-cadres et cadres de la société politique, civile, économique, militaire et religieuse, ont été assassinés. Quarante et un autres ont survécu à des attentats et des dizaines4 de milliers ont dû s’exiler. Parmi les personnes assassinées, en plus des deux présidents de la République, il faut se rendre compte que :

– Quinze parlementaires ont été tués et dix autres ont échappé à un ou plusieurs attentats, soit plus d’un tiers des députés du Front pour la Démocratie au Burundi (FRODEBU) et plus d’un quart des quatre-vingt-un députés du Parlement !

– Quatre ministres abattus sur les vingt-deux nommés par décret présidentiel le 12 juillet 1993.

– Treize gouverneurs et conseillers de gouverneurs sur les seize provinces du Burundi, -Dix-huit administrateurs communaux,

– Quarante-six autres hauts-cadres,

– Sept officiers de l’Armée,

– Vingt-huit étudiants tués en une seule nuit,

– Vingt-deux religieux, prêtres.

– Trente et une autres personnes ont réchappé, blessées ou pas, à un ou plusieurs attentats contre leur vie.

Les exécutants de ces crimes sont les tristement célèbres milices Tutsi, dénommées « Sans-Echecs » et « Sans-Défaites »5. Leurs membres étaient de jeunes Tutsi burundais et Tutsi rwandais de tout horizon, mais aussi, des militaires et des policiers en retraite. Ils se sont appliqués à pourchasser ces personnes, partout à travers le pays et sans aucun motif formulé, à part, celui d’appartenir à une ethnie donnée, celle des Hutu.

Après le coup d’état partiellement échoué, les concepteurs Tutsi burundais et rwandais ont délibérément choisi de déclencher une campagne de terreur meurtrière. L’objectif principal a été de détruire l’efficacité du FRODEBU. (Voir annexen°1).

En effet, cette formation politique avait vaincu par les urnes6 (cf. annexe n°2), le 1er et le 29 juin 1993, les partis politiques issus de l’installation le 28 novembre 1966 d’une Dictature Tutsi7 8maintenue au pouvoir par des putschs et des crimes. Cet Etat a duré en continu pendant vingt-sept ans.

Lire tout le dossier ….

Publicités