Etude: Donner naissance à plus de 5 enfants expose à la maladie d’Alzheimer

Selon une étude récente menée auprès de plus de 3 500 femmes en Corée du Sud et en Grèce, les femmes qui ont accouché cinq fois ou plus, auraient 70% de chance de développer la maladie d’Alzheimer à la vieillesse.

L’étude, a été réalisée par le Dr Ki Woong Kim, neuropsychiatre à l’université nationale de Séoul. L’étude ne portait que sur des femmes de plus de 60 ans et l’âge moyen des femmes testées dans les deux pays était de 71 ans.

La maladie d’Alzheimer, un trouble neurologique où la mort des cellules du cerveau entraîne une perte de mémoire et un déclin cognitif. C’est le type de démence le plus courant. C’est une maladie qui est irréversible une fois qu’elle commence et selon les scientifiques, elle est causée par une accumulation dans le cerveau de plaques bêta-amyloïdes et d’enchevêtrements neurofibrillaires appelés tau.Publicité

Selon le World Alzheimer Report 2016, plus de 47 millions de personnes dans le monde vivent avec la démence et, selon l’Association Alzheimer, les femmes dans la soixantaine sont deux fois plus susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer.

Qu’en est-il des femmes qui pourraient augmenter des chances de développer une démence?

L’auteur de l’étude, le Dr Kim, explique

« La grossesse est une montagne russe hormonale. Pendant le premier trimestre, le niveaux d’œstrogène augmente modestement, puis montent en flèche pour le reste de la grossesse. Au troisième trimestre, selon Kim, le taux d’œstrogène peut être jusqu’à 40 fois plus élevé que le niveau maximal au cours des cycles menstruels naturels. Dans les quatre jours suivant l’accouchement, le niveau d’œstrogène pour la plupart des femmes chute,rapidement à des niveaux moyens.

Dans le même temps, le taux de progestérone et une hormone de stress appelée cortisol augmentent rapidement pendant la grossesse, mais chutent après la naissance du bébé », a déclaré Kim en exposant continuellement les femmes à des niveaux extrêmement élevés d’œstrogènes et d’hormones de stress.

Kim a déclaré que l’étude avait découvert quelque chose à laquelle ils ne s’attendaient pas au début de la recherche.

« Sur la base de recherches antérieures, nous nous attendions à ce que la grossesse avec accouchement soit associée au risque de la maladie d’Alzheimer », a-t-elle déclaré. « Cependant, nous avons été très surpris qu’une grossesse incomplète soit associée à un risque moindre de la maladie d’Alzheimer, ce à quoi nous ne nous attendions pas au début de nos recherches. »

L’étude révèle que les femmes qui avaient subi une grossesse incomplète étaient beaucoup moins susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer que les femmes qui n’avaient jamais été enceintes.

D’autres scientifiques ont toutefois déclaré que même si les résultats de l’étude intriguaient, il était nécessaire de poursuivre les études, car il est possible que plusieurs facteurs contribuent à la grossesse, et la science nécessite une meilleure compréhension de ces facteurs.

Publicités