Consultations de Kayanza, conclave des partis tolérés par le pouvoir

Confection d’une feuille de route pour les élections de 2020, tel est l’objectif de la réunion des leaders des partis politiques prévue ce vendredi 3 août en province Kayanza.

Le ministère de l’Intérieur est à l’origine de cette initiative. Térence Ntahiraja, porte-parole de ce ministère, assure que tous les 32 partis politiques agréés ont été invités.

Pierre Célestin Ndikumana, président du groupe parlementaire de la Coalition Amizero y’Abarundi, parle plutôt d’une exclusion des opposants : «Nous n’avons pas été invités. Et cela ne nous a pas surpris. Ce sont les partis tolérés par le pouvoir qui y ont été invités».

Néanmoins, il martèle que sa coalition participera aux élections de 2020 : «Nous avons derrière nous tout le peuple qui veut le changement. Un petit groupe de personnes ne nous empêchera pas de poursuivre notre mission politique».

Léonce Ngendakumana, vice-président du Frodebu, n’attend rien de cette rencontre de Kayanza : «Elle a été préparée en clandestinité». Son parti sera représenté : «Ce sera pour leur exprimer de vive voix notre position et leur signifier ce qu’on pense de leurs manœuvres».

Abel Gashatsi, président du parti Uprona, se réjouit que le ministère de l’Intérieur ait prévu cette rencontre. «Nous avons toujours émis ce souhait et nous nous réjouissons qu’il se réalise».

D’après lui, ces consultations n’impliquent pas la fin du dialogue d’Arusha. «La reprise des pourparlers est proche. Le dialogue interne n’empêche pas la poursuite du dialogue externe». Son parti a déjà reçu l’invitation pour la participation.

Publicités