Le Burundi reste vigilant face à l’épidémie de maladie à virus d’Ebola

Les autorités burundaises et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont déclaré lundi rester vigilantes face à l’épidémie de maladie à virus d’Ebola déclarée à 400 km du Burundi, au Nord-est de la République Démocratique du Congo.

 »La vigilance doit être de mise à tous les niveaux et le Burundi, bien que relativement éloigné de l’épicentre, devrait rester vigilant », a déclaré le docteur Walter Kazadi Mulombo, Représentant de l’OMS au Burundi, dans un communiqué de presse signé conjointement par l’OMS et le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida.

L’enjeu est d’autant plus grand que des vols directs et des taxis relient Bujumbura à Goma (RDC), et des vols réguliers et des bus relient Beni à Goma (deux villes du Sud-Kivu en RDC).

 »Depuis l’annonce de la maladie en RDC, l’OMS en tant que conseiller et appui du Gouvernement burundais a déjà initié un certain nombre d’activités avec l’appui financier de la Banque Mondiale », a fait savoir Walter Kazadi Mulombo.

Parmi ces activités figure la division du pays en trois zones prioritaires.

La première zone est formée par cinq districts sanitaires ayant une frontière terrestre avec la RDC, la seconde est formée par cinq districts sanitaires ayant une frontière lacustre avec la RDC et la troisième est constituée par les autres districts sanitaires du pays.

Onze points d’entrée ont été identifiés dans les deux premières zones et ont été évalués. Des structures temporaires y ont été installées.

D’autres actions de vigilance contre l’épidémie d’Ebola au Burundi ont été menées, comme la réhabilitation du centre de traitement d’Ebola situé à Rukaramu à quelque 5 km de l’aéroport international de Bujumbura, la mise à disposition de 3 ambulances au niveau de l’aéroport international de Bujumbura, de la frontière de Ruhwa dans la province de Cibitoke et de la frontière de Nyanza-Lac, située sur le lac Tanganyika au sud-ouest du pays.

En outre, une équipe d’intervention rapide nationale a été formée au niveau des districts prioritaires, des kits d’équipements de protection individuelle et un lot de matériel ont été distribués aux points d’entrée, au centre de traitement d’Ebola de Rukaramu et dans les deux premières zones prioritaires.

L’évaluation du risque Ebola pour le Burundi a été faite en mai 2018 au moment où l’épidémie a été déclarée au Nord-Ouest de la RDC, à plus ou moins 2.000 km du Burundi. Aujourd’hui, l’épidémie a avancé à moins de 400 km du pays.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s