UA : «Le renoncement à un autre mandat ne suffit pas seul pour sortir de la crise»

Le ministre des Affaires étrangères burundais a rencontré, ce vendredi 24 août, les diplomates accrédités au Burundi. Ezéchiel Nibigira a réaffirmé l’engagement du gouvernement de participer à la prochaine session du dialogue inter-burundais sous la houlette de la Communauté Est-africaine. «Le Burundi pense que ce sera le dernier round comme le président Mkapa l’a promis avant le 4ème round».

Ce chef de la diplomatie burundaise souligne des avancées déjà réalisées. Notamment, le Burundi s’est doté d’une Feuille de route pour les élections de 2020. «Il va falloir que les partis politiques profitent de ce document pour la réussite de ces élections».

A cette occasion, le représentant de l’Union africaine au Burundi, Basile Ikouebe, n’a pas caressé Bujumbura dans le sens du poil. Le dernier référendum et l’annonce du président de la République, de ne pas briguer un autre mandat en 2020, ne mettent pas complètement un terme à la crise. «Nous ne pensons pas que tous les défis auxquels le Burundi fait face sont balayés par cette annonce».

L’UA privilégie la contribution de tous les protagonistes dans la préparation de ce scrutin. Le dernier sommet des Chefs d’Etat africains tenu dans la capitale mauritanienne a souscrit à l’accompagnement du Burundi dans la mise en œuvre d’une Feuille de route.

Cette dernière permettra l’organisation des élections pacifiques et inclusives. Il salue l’engagement des autorités burundaises de participer «pleinement» à la prochaine session du dialogue inter-burundais dont la tenue est annoncée à Entebbe, en Ouganda. «Nous attachons beaucoup d’importance à cette rencontre».

Pour ce diplomate congolais, le temps est à l’encouragement de la stabilité politique. «Nous saluons les bonnes initiatives mais nous nous réservons aussi la possibilité de donner des conseils pour éviter des dérapages».

Cette rencontre est la première depuis l’arrivée d’Ezéchiel Nibigira aux commandes de la diplomatie burundaise.

Signalons que les échanges ont continué à huis clos.

Publicités