Burundi: Manipulation, mensonges et complots dès les années 60

Burundi: le dernier roi Charles Ndizeye alias Ntare V lors de son intronisation. Il fut manipulé par le colonel Michel Micombero pour occuper le trône laissé vacant par son père, Mwambutsa IV Bangiricenge,, partiller simple vers les verdures helvétiques !

Charles Ndizeye n’aura occupé le trône que trois mois avant d’être écarté par un coup d’Etat militaire. De là remonte le phénomène des coups d’Etat rampants au Burundi.

En 1993, Pierre Buyoya a provoqué le coup d’Etat sanglant contre le président Melchior Ndadaye. Devant la folie meurtrière qui embrasait les mille collines, il a reculé. L’armée sous sa coupe a fait semblant de remettre le pouvoir à l’équipe du président Ndadaye. La stratégie d’assassiner en bloc changeait pour défaire le fagot pièce par pièce. Comme du bois sec. En 1996, Buyoya a écarté le président fantoche Sylvestre Ntibantunganya du fauteuil, comme Micombero avait fait du roi Charles Ndizeye. En 2015, tentative de putsch contre le président Nkurunziza. L’on ne saura jamais si le général Niyombare allait servir comme Charles Ndizeye. Et si Nkurunziza quitte le pouvoir en 2020 sans comédie à la Poutine, rien n’empêche les Burundais de trouver ensemble un remède au mal profond qui ronge les cœurs.

Daniel Kabuto.

Publicités