En Libye, l’organisation Etat islamique fait peser un danger inédit sur Tripoli

L’assaut du siège de la Compagnie pétrolière nationale, au cœur de la capitale, revendiqué mardi, confirme le réveil du groupe dans le pays, près de deux ans après sa défaite à Syrte.

L’organisation Etat islamique (EI) a une nouvelle fois frappé au cœur de Tripoli — signe d’un regain d’activité militaire en Libye vingt mois après l’écrasement du sanctuaire djihadiste de Syrte. Mardi 11 septembre, l’EI a revendiqué l’attaque perpétrée la veille contre le siège de la Compagnie pétrolière nationale (National Oil Company, NOC).

Au moins quatre personnes, dont les deux assaillants, ont été tuées, selon les sources officielles. Dans un communiqué, relayé par le centre américain de surveillance des groupes islamistes et extrémistes Site Intelligence Group, l’EI annonce qu’il visait « les intérêts des (…) tyrans en Libye loyaux aux croisés ». « Les gisements de pétrole qui [profitent aux] croisés et leurs projets en Libye sont des cibles légitimes pour les moudjahidines », a ajouté l’EI, selon Site.

Publicités