Le député d’opposition Bobi Wine emmené par la police dès son retour en Ouganda

L’ex-chanteur, inculpé de « trahison » et qui dit avoir été torturé par les forces de l’ordre, arrivait des Etats-Unis où il était parti se faire soigner.

L’ex-chanteur et député ougandais d’opposition Robert Kyagulanyi, alias Bobi Wine, a été emmené par des policiers dès son arrivée à l’aéroport international d’Entebbe, jeudi 20 septembre, a indiqué son épouse à l’AFP. Il rentrait des Etats-Unis où il était parti se faire soigner. « Peu après l’atterrissage à Entebbe, la sécurité l’a entouré et l’a emmené », a déclaré Barbie Kyagulanyi. « Nous ne sommes pas certains de l’endroit où ils l’ont conduit. »

Bobi Wine avait quitté l’Ouganda le 31 août pour les Etats-Unis afin de s’y faire soigner, après avoir, selon lui, été battu et torturé par la police en détention provisoire, ce que les autorités démentent.

Publicités