Indonésie : 191 000 personnes ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence

La catastrophe a fait au moins 844 morts et 59 000 déplacés. Des enterrements de masse ont commencé.

LE MONDE avec AFP

Temps de lecture : 4 min

Le séisme et le tsunami qui ont frappé vendredi l’île de Célèbes ont fait au moins 844 morts et 59 000 déplacés, selon un bilan annoncé lundi 1er octobre par l’agence de gestion des catastrophes et le gouvernement indonésiens.

Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Unocha) estime que 191 000 personnes ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Le président indonésien, Joko Widodo, a décidé d’accepter l’aide étrangère, que dix-huit pays et de nombreuses ONG ont jusqu’ici proposée.

Les habitants manquent de tout : nourriture, eau potable, carburant ou médicaments. Les réseaux électriques et de télécommunications ont été très endommagés, et les sauveteurs manquent d’équipements pour rechercher les survivants dans les décombres.

Routes coupées

Les agences humanitaires et les ONG ont beaucoup de difficultés à faire parvenir de l’aide sur place, de nombreuses routes étant coupées et les aéroports endommagés. « Nous n’avons pas beaucoup de nourriture. Nous avons pu prendre seulement ce que nous avions dans la maison. Et nous avons besoin d’eau potable », témoigne Samsinar Zaid Moga, une femme de 46 ans. « Le plus important, ce sont des tentes, parce qu’il a plu et qu’il y a beaucoup d’enfants ici », ajoute sa sœur, Siti Damra.

Oxfam « prévoit d’apporter de l’aide à potentiellement 100 000 personnes », de la nourriture instantanée, des kits de purification d’eau et des abris, selon Ancilla Bere, une responsable de l’ONG en Indonésie.

Au moment du séisme, 114 étrangers se trouvaient dans la région, dont la plupart sont sains et saufs et en cours d’évacuation, selon l’agence de gestion des catastrophes. Trois Français dont on était sans nouvelles ont été retrouvés, a confirmé le ministère des affaires étrangères français. Mais les autorités sont encore sans nouvelles d’un Belge et pensent qu’un Sud-Coréen pourrait être parmi les victimes de l’hôtel Roa Roa.

Etat d’urgence de quatorze jours

Les autorités indonésiennes craignent que le bilan ne s’alourdisse encore, et ont déclaré un état d’urgence de quatorze jours. La plupart des victimes ont été recensées à Palu, agglomération de 350 000 habitants sur la côte ouest de Célèbes. La chaîne locale Metro TV a diffusé des images aériennes du village de Petobo, au sud de Palu, qui semble avoir été particulièrement touché. Quelque 700 personnes pourraient y avoir trouvé la mort, selon les autorités.

A Poboya, sur des collines qui surplombent la ville de Palu, des volontaires ont commencé à mettre en terre des corps dans une vaste fosse commune prévue pour en accueillir 1 300.

Publicités