Kinshasa exprime son « indignation » après l’expulsion de 200 000 Congolais par l’Angola

Le HCR enquête sur le cas de possibles réfugiés figurant parmi les personnes contraintes de rentrer en RDC.

Cette fois, Kinshasa a réagi. Le gouvernement de République démocratique du Congo (RDC) a fait part, mardi 16 octobre, de « toute son indignation et de ses vives protestations » à son voisin angolais, qui a expulsé 200 000 Congolais « au mépris des accords existant en la matière ». Parmi eux, 30 000 l’ont été « brutalement », avec des « pertes en vies humaines », selon les autorités de Kinshasa.

D’après l’Etat angolais, qui a lancé une opération d’ampleur contre l’immigration clandestine, quelque 200 000 Congolais sont rentrés volontairement dans leur pays. Ce que la RDC nuance : « 160 901 Congolais sont rentrés volontairement au cours de ces dernières semaines vers la province du Kasaï [centre], 27 971 compatriotes ont été expulsés brutalement, 1 966 vers la province du Kwango [sud-ouest] ainsi qu’un nombre encore non déterminé qui ont été expulsés vers le Kwilu [au nord du Kwango] dans des conditions très précaires. »

Publicités