La Chine et l’Inde responsables de la forte hausse des émissions mondiales de CO2

Les rejets d’origine fossile auraient augmenté de 2,7 % entre 2017 et 2018. En cause : la consommation de charbon, repartie à la hausse.

Le réchauffement climatique met en péril nos habitations, nos économies, notre santé et même nos vies. Cette réalité ne fait pas pour autant fléchir les émissions mondiales de CO2, qui devraient atteindre un niveau inégalé en 2018. C’est ce qui ressort du bilan annuel diffusé, mercredi 5 décembre, par le Global Carbon Project (GCP), un consortium scientifique international sous l’égide de l’université britannique d’East Anglia. Après le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et l’appel de l’Organisation des Nations unies à tripler, voire quintupler, les efforts des pays, cette nouvelle étude met encore davantage la pression sur les 196 Etats réunis pour la conférence mondiale sur le climat (COP24) à Katowice, en Pologne.

Selon les projections du GCP, publiées dans les revues Nature, Earth System Science Dataet Environmental Research Letters et intégrées dans un atlas interactif, les émissions mondiales de dioxyde de carbone issues de la combustion de ressources fossiles (charbon, pétrole et gaz) ainsi que des cimenteries devraient s’élever à 37 milliards de tonnes (soit 37 gigatonnes ou Gt) cette année. Soit une augmentation de 2,7 % par rapport à l’an dernier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s