RDC : cinq choses à savoir sur Joseph Kabila

Le président congolais, Joseph Kabila, arrivait au terme de son mandat le 19 décembre 2016. Pour l’élection présidentielle prévue le 23 décembre – mais finalement reportée au 30 décembre –, il s’est choisi un dauphin sur mesure : Emmanuel Ramazani Shadary, 57 ans, sous le coup de sanctions de l’Union européenne. Joseph Kabila disposera d’un statut de sénateur à vie et s’est aménagé un poste de président à la tête de son parti. Début décembre, il a déclaré ne pas exclure de se représenter à l’élection de 2023. Portrait de celui qui se fait appeler « le raïs ».

L’opposant n’a pas pu tenir son meeting dans la capitale, tandis que les scrutins prévus le 23 décembre ont été reportés d’une semaine.

Le soleil descend sur Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo(RDC). A une cinquantaine de kilomètres du centre-ville agité, une fermière arrose sa petite parcelle bordant le goudron, tandis qu’un employé agricole laboure un champ sur son tracteur. Sereins et imperturbables. Sur la route qui les sépare, des gamins hâves, des étudiants diplômés mais chômeurs et des militants politiques venus à pied ou en moto des quartiers populeux défient depuis des heures les escadrons mobiles de la police qui bloquent le passage.

Quelques pierres sont jetées et des slogans hostiles au président Joseph Kabila psalmodiés. Il est 16 h 30 dans la commune de Nsele, ce mercredi 19 décembre, et le périlleux jeu du chat et de la souris prend fin avec des gaz lacrymogènes et des tirs d’intimidation. La petite centaine de jeunes gens déguerpissent sur la route et à travers champs. La fermière reste indifférente. Le laboureur s’est évaporé.

Publicités