Cultivez la joie dans votre vie

cultiver la joie. Je me suis inspiré d’un expert, l’apôtre Paul, qui a écrit une épître complète sur la joie et le contentement, alors qu’il était en prison. Voici ce qu’il nous rappelle ici : « Soyez toujours joyeux d’appartenir au Seigneur. Je le répète : Soyez joyeux ! » (Lire Philippiens 4.4.)

Croyez-vous que cela soit « toujours » possible, Dr…? C’est plus facile à dire qu’à faire, surtout quand :

  • Tout ne se déroule pas comme on a prévu,
  • L’on traverse une douloureuse épreuve,
  • L’exaucement tarde,
  • L’on souffre dans son corps.

Pourtant, l’auteur ne « nageait » ni dans la richesse ni dans la santé quand il a écrit cette lettre aux Philippiens. En effet, il était en prison à cause de sa foi, et sa vue lui faisait probablement défaut…!

Comment être joyeux en de telles circonstances…? Je crois que dans ce verset tout est dit : « appartenir au Seigneur« … Paul avait compris que sa joie ne reposait ni dans les plaisirs éphémères du monde, ni dans la richesse ou la notoriété, mais… en Jésus seulement.

Alors il puise sa joie dans ce qu’il sait et connaît de son Seigneur, en restant fidèle et totalement dépendant de lui. Il aime Dieu et il fait de lui sa priorité. (Lire Colossiens 3.1.)

Voici les fondations de sa joie :

  • Il ne s’inquiète pas, il sait que Dieu pourvoit à tous ses besoins (Philippiens 4.6).
  • Il reste en paix, car il fixe ses regards sur Jésus et non sur sa situation (Philippiens 4.7).
  • Il vit dans le contentement, en étant satisfait de son état (Philippiens 4.10-11).
  • Il sait où puiser sa force, même enchaîné (Philippiens 4.13).
  • Il sait que Dieu pourvoit à ses besoins, qu’il ne l’abandonnera jamais (Philippiens 4.19).

Dr, voulez-vous ressentir et cultiver une joie complète…? Qui ne dépend ni des circonstances ni de votre condition…? Alors, je vous invite à décider de la cultiver à compter d’aujourd’hui en vous fondant sur les premières habitudes abordées cette semaine.

Cela ne viendra pas du jour au lendemain, tout ne changera pas en un clin d’œil. Mais je vous encourage à persévérer et à regarder à Jésus, l’auteur de votre joie.

Publicités