La République démocratique du Congo met la communauté internationale au pied du mur

Alors que les résultats sont contestés, la commission électorale nationale a mis en avant deux scenarii : le soutien occidental aux autorités nouvellement élues ou l’annulation des élections.

L’embarras de la communauté internationale devant les résultats provisoires des élections qui se sont tenues le 30 décembre 2018 en République démocratique du Congo (RDC), s’est exprimé dans sa pleine mesure, vendredi 11 janvier.

A l’image de la France qui cherche sa position, tâtonne et louvoie. Le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est retrouvé seul à contester, jeudi 10 janvier, les résultats à la présidentielle proclamés quelques heures plus tôt par la Commission électorale (CENI) qui augure la première alternance politique pacifique de l’histoire de la RDC.

Publicités