En Afrique du Sud, le grand déballage sur la corruption pendant l’ère Zuma se poursuit

Depuis août 2018, la commission d’enquête Zonda passe au crible les deux mandats de l’ex-président sud-africain, poussé à la démission en février par l’ANC.

Un chef d’entreprise sud-africain a affirmé, lundi 21 janvier, avoir payé des pots-de-vin à une ministre proche de Jacob Zuma pendant quatorze ans, nouvel épisode du grand déballage sur les affaires de corruption qui ont fleuri durant les deux mandats de l’ex-président.

Ancien responsable de la compagnie de sécurité Bosasa, Angelo Agrizzi a affirmé qu’il avait préparé chaque semaine, de 2002 à 2016, une enveloppe contenant 50 000 rands (près de 3 200 euros) en liquide à remettre à Nomvula Mokonyane, actuelle ministre de l’environnement.

 Nous savions qu’elle était proche de l’ancien président Zuma », a expliqué M. Agrizzi devant une commission d’enquête. Cette générosité visait à éviter tout ennui judiciaire à Bosasa, sous le coup depuis 2007 d’une enquête pour avoir remporté de nombreux contrats jugés suspects avec l’Etat. L’entreprise n’a toutefois jusque-là jamais été poursuivie.

Publicités

Un commentaire sur “En Afrique du Sud, le grand déballage sur la corruption pendant l’ère Zuma se poursuit

Les commentaires sont fermés.