Afghanistan : les talibans revendiquent une attaque contre une base militaire

L’attaque, qui a fait des dizaines de morts lundi, survient alors que l’envoyé spécial américain pour la paix vient d’achever une tournée régionale.

Plus de soixante personnes ont été tuées dans une attaque revendiquée par les talibans contre une base du renseignement militaire lundi dans le centre de l’Afghanistan, a déclaré, mardi 22 janvier, un responsable provincial.

Une source sécuritaire de haut rang, qui souhaite rester anonyme, a, pour sa part, fait état d’« au moins 70 morts » auprès de l’Agence France-Presse (AFP). D’autres médias en Afghanistan rapportent que plus de cent personnes ont été tuées. Cette attaque a ciblé un camp de formation des services de renseignement, généralement réticents à communiquer sur ce genre de bilan.

« Lourde perte »

Un véhicule de transport de troupes de l’armée afghane, un Humvee volé et « rempli d’explosifs », a d’abord détoné à l’entrée du centre de formation des services de renseignement à Maidan Shar, chef-lieu de la province de Wardak, à 50 kilomètres au sud de la capitale. « Puis trois hommes dans un véhicule qui suivait le Humvee sont entrés dans le camp », a détaillé Abdul Wahid Akbarzai, membre du conseil provincial.

Un échange de tirs s’est engagé et les trois assaillants ont rapidement été tués, mais la majorité des décès est survenue « lorsqu’un bâtiment s’est en partie effondré après la forte explosion », a affirmé le chef du conseil provincial Akhtar Mohammad Tahiri, précisant que les assaillants portaient des uniformes des services de renseignement. « C’est une lourde perte » a concédé M. Tahiri. « Les forces des services de renseignement sont beaucoup mieux équipées et préparées que la police et l’armée qui subissent de lourdes pertes. »

Les talibans avaient immédiatement revendiqué l’attaque via la messagerie WhatsApp. Dimanche, ils avaient endossé la responsabilité d’une attaque à la voiture piégée visant le convoi du gouverneur de la province du Logar, voisine de Kaboul, qui a tué au moins sept gardes du corps.

Tournée pour la paix

Dans leurs communiqués respectifs, les deux camps assurent infliger de nombreux revers à l’ennemi, mais cela reste difficilement quantifiable. Le gouvernement afghan a décidé de pas communiquer sur les pertes subies et n’est pas toujours considéré comme crédible lorsqu’il rend compte de ses opérations armées.

Les Etats-Unis forment, avec 14 000 hommes, le plus gros contingent des forces de l’OTAN présentes en Afghanistan. Mais, à la fin décembre, le président américain, Donald Trump, perdant patience face à cet interminable conflit, a annoncé son intention de retirer la moitié de ses troupes.

Ces attaques surviennent, alors que l’envoyé spécial américain pour la paix, Zalmay Khalilzad, vient d’achever une tournée régionale qui l’a amené en Chine, en Inde, en Afghanistan et au Pakistan. Les talibans ont, par ailleurs, annoncé, lundi, avoir rencontré des représentants américains au Qatar, où ils possèdent un bureau politique. Les discussions devaient se poursuivre mardi, ont-ils ajouté. Les Etats-Unis n’ont pas confirmé à ce stade cette entrevue. La dernière rencontre confirmée entre les deux parties s’était tenue à Abou Dhabi fin 2018.

Publicités