Au Venezuela, le coup de force de l’opposition

Juan Guaido, à la tête de l’Assemblée nationale vénézuélienne, s’est proclamé président de la République par intérim, mercredi.

Le Venezuela a désormais deux présidents. Le premier, Nicolas Maduro, a été réélu en mai 2018, au terme d’un scrutin entaché d’irrégularités, boycotté par l’opposition et déclaré illégitime par une partie de la communauté internationale. Il a prêté serment le 10 janvier pour un nouveau mandat de cinq ans, dans un pays miné par une crise économique sans précédent.

L’autre, Juan Guaido, 35 ans, s’est autoproclamé président de la République ce mercredi 23 janvier, à l’occasion d’une gigantesque manifestation de l’opposition dans les rues de Caracas. Il a été immédiatement reconnu par les Etats-Unis, le Canada et les principaux pays d’Amérique du Sud.

« Est-ce enfin la fin du pouvoir chaviste en place depuis vingt ans, ou un épisode de plus de notre ­dramatique feuilleton national ? »,s’interroge Nicolas Rojas, un ancien diplomate reconverti en restaurateur pour cause de crise économique. « La réponse est entre les mains de l’armée », dit-il.

Publicités