Pour le pape François, les réfugiés portent « une croix de l’humanité »

En visite en Bulgarie, le chef de l’Eglise catholique suggère aux pays dont la population émigre vers le reste de l’Europe de ne pas fermer la porte aux réfugiés et migrants venus du Proche-Orient ou d’Afrique.

C’est une ancienne école de la banlieue de Sofia qui accueille aujourd’hui un centre de réfugiés. Le pape François s’y est rendu dans la matinée du lundi 6 mai, au deuxième jour de sa visite en Bulgarie, qui sera suivie d’une journée en Macédoine du Nord. Géré par plusieurs organisations caritatives ayant bénéficié de fonds européens, le centre Vrazhdebna est l’un des trois que compte la capitale bulgare.

Ouvert en 2013, il a fait face, comme les autres, à l’afflux de réfugiés de 2013 à 2015, qui a nettement réduit par la suite, la Bulgarie ayant consolidé sa frontière avec la Turquie à grand renfort de barbelés – en partie financés par des fonds européens. Aujourd’hui, dans des locaux tout récemment rafraîchis, des volontaires s’efforcent de donner des armes culturelles (cours de bulgare, d’anglais, activités diverses) et sociales à ces familles pour qu’elles puissent s’intégrer – même si beaucoup d’entre elles sont toujours sans titre de séjour.

Publicités