Le rejet perd sa force lorsque l’amour du Père devient une réalité.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi Christ avait accepté d’être rejeté alors qu’il aurait pu l’éviter…? « Non…! Aucun problème, aucune circonstance, aussi difficile soit-elle, ni la faim, ni le fait de manquer d’un toit, ni les intimidations ou les menaces, ni la trahison, ni même les pires péchés que l’homme puisse commettre. Non, rien de tout cela ne peut nous déstabiliser parce que Jésus-Christ nous aime. Absolument rien ne peut se mettre entre nous et l’amour de Dieu, grâce à la façon dont Jésus a pleinement embrassé notre condition. » (Librement inspiré de la version Message de Romains 8.38-39.)

Par amour pour nous, Jésus a supporté d’être rejeté par :

Son cri n’était pas : « Pourquoi suis-je si mal…? » ou « Pourquoi dois-je supporter tout cela…? » Non, Jésus a crié : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné…? » En acceptant de tout quitter pour vivre sur terre, de mourir et de vivre l’abandon de son propre Père, Jésus a remporté la victoire pour vous…! 

vous avez accès à la joie et à l’intimité divines. Vous pouvez danser de joie… au beau milieu des combats quand le rejet fait rage. Tout sentiment ou toute pensée de rejet perd sa force, lorsque l’amour du Père devient une réalité dans votre cœur.Jésus a pris le rejet sur lui. Son sacrifice d’amour vous rappelle que vous êtes racheté(e) du rejet et que vous avez reçu « l’Esprit d’adoption » (Romains 8.15).

je vous encourage à accepter que lorsque les gens…

  • Vous blessent… Jésus vous guérit.
  • Vous délaissent… Jésus vous prend dans ses bras.
  • Vous humilient… Jésus vous élève. 
  • Vous maudissent… Jésus vous bénit.
  • Vous jugent… Jésus vous rend justice.
  • Vous accusent… Jésus prend votre défense.

Priez avec moi : « Père, comment puis-je perdre si tu es à mes côtés…? Tu as donné ton propre Fils, en faisant de lui un homme comme moi sur terre. Je crois que tu es prêt à tout pour qu’aucun fossé ne se creuse entre toi et moi. Je proclame : Christ m’a racheté(e) du rejet…! Amen. »