Perdre sa vie pour Christ c’est la trouver vraiment

Voyez-vous qui est Bill Bright ? Bien qu’il soit très peu connu, celui-ci a fondé la plus grande organisation missionnaire du monde, qui compte aujourd’hui 26 000 employés et 225 000 volontaires présents dans 191 pays. En 1956, il a écrit une brochure sur la manière de connaître Dieu personnellement, intitulée Les Quatre Lois spirituelles. Cette publication a été traduite en plus de 200 langues et distribuée à 2,5 milliards de personnes… ce qui en fait le livret religieux le plus répandu de l’histoire. 

Un jour, Bill Bright s’est adressé à une foule de trois millions de personnes lors d’un rassemblement évangélique en Corée du Sud. Ce qui m’a ébahi, c’est à quel point on parle peu de cet homme ! C’est de Jésus dont on parle le plus et non de Bill Bright. 

En France, l’organisation est connue sous les noms de Campus pour Christ et d’Agapé France. Dans son livre Je t’ai choisi, que je vous recommande, l’auteure Heather Holleman raconte l’histoire de Bill Bright. La septième vérité nous invite à vivre la vie que Dieu nous offre, en refusant d’être conforme à celle que nous propose ce monde !

saisir la vie que Jésus offre, c’est accepter que, lorsque vous perdez votre vie, vous la trouvez vraiment ! Peut-être que Dieu est en train de vous dire : « Mon enfant, cesse de rechercher la satisfaction et le confort à tout prix, mais efforce-toi de garder les yeux fixés sur mon Fils, et je pourvoirai à tous tes besoins. » 

J’aimerais vous convier à faire cette prière inspirée de l’apôtre Paul : « Seigneur, je décide de placer comme une offrande devant ton trône de grâce mon quotidien et ma vie habituelle, c’est-à-dire quand je dors, quand je mange, quand je vais au travail et tout ce qui fait ma vie… Alors que je décide de saisir la vie que tu me donnes, je refuse de me conformer à la culture ambiante ou de m’y soumettre sans même la remettre en question. Tu m’as choisi(e) pour faire ressortir le meilleur de moi, c’est-à-dire toi. Merci, Jésus ! Je suis prêt(e) ! Amen. » (Lire Romains 12.1-2.)

Publicités