Soudan : Les jeunes chrétiens sont forcés de réciter les prières islamiques pour se nourrir

Au Soudan, les quelques 700 000 jeunes réfugiés ne sont nourris qu’à une seule condition : réciter des prières islamiques.

C

ette information aurait été communiquée par une source proche à l’œuvre catholique Aide à l’Église en Détresse (AED). Selon elle, les jeunes réfugiés chrétiens du Sud-Soudan « sont conditionnés à réciter des prières islamiques avant de recevoir à manger » et « ne sont pas autorisés à avancer au nord vers les villes ». L’aide alimentaire mensuelle qu’apporte le gouvernement à chaque famille ne suffit pas et les familles se retrouvent dans l’obligation de chercher des provisions sur le marché local.

Selon l’AED, les provisions fournies par l’ONU sont vendues sur les marchés, la plupart portant toujours les logos de l’UNICEF et du HCR. En effet, « le gouvernement n’autorise aucune organisation à apporter son soutien, y compris les organismes confessionnelles ».

Ayant été lui-même un réfugié dans son jeune âge, le contact de l’AED comprend la souffrance des familles. Il compare les réfugiés à Jésus, qui pendant son enfance a dû fuir en Égypte avec ses parents et appelle l’humanité à être compatissant envers les réfugiés.

« Les réfugiés devraient être traités avec respect, dignité et leur droits devraient être respectés ».

C’est une triste réalité, les chrétiens du Soudan font face à beaucoup de persécutions. Au mois de mai, une source aurait confié à l’AED que les églises sont détruites pour « des développements urbains », alors « que l’on n’entend pas ce genre de choses pour les mosquées ». Les femmes sont victimes d’injustice. À titre d’exemple, 12 chrétiennes ont été arrêtées en juin 2015 pour avoir porté des pantalons ou des jupes jugés « indécents ou contraire à la morale ».

Publicités