Selon une étude, « un juif britannique sur trois est tétanisé suite aux attaques antisémites »

Au Royaume-Uni, selon des études menées dans le cadre d’une campagne contre l’antisémitisme (CAA) et YouGov, « un juif britannique sur trois est tétanisé suite aux attaques antisémites… et beaucoup ont envisagé de quitter la Grande-Bretagne ».

Le rapport décrit l’antisémitisme comme « une certaine perception des juifs, qui peut être caractérisée par une haine envers eux. Les manifestations verbales et physiques d’antisémitisme sont dirigées contre les individus juifs et non-juifs et/ou leurs biens, envers les institutions de la communauté juive, ainsi que contre ses lieux de culte. »

Le Institute for Jewish Policy Research a mené une étude basée sur plus de 5 400 observations. Selon le rapport, 2% des adultes seraient des antisémites ‘hardcore’. 30% de la communauté britannique aurait au moins eu une attitude antisémite, mais cela ne signifie pas pour autant que 30% de la population britannique est antisémite. Ce chiffre montre plutôt le niveau actuel des idées antisémites au sein de la société.

Les antisémites ne se contentent pas de proférer des injures à l’égard des juifs, mais se livrent à des agressions physiques et des dégradations matérielles. Parmi les incidents rapportés, on déplore l’agression d’un rabbin à Gateshead, des attaques sur les synagogues et une attaque perpétrée par une femme arabe contre un garçon juif qui se déplaçait à vélo, dans le nord de Londres.

Le directeur du Community Security Trust (CST), David Delew s’exprime ainsi :

« L’antisémitisme a un impact croissant sur la vie des juifs britannique et la haine et la colère qui se cache derrière est en train de s’étendre. »

Le CST qui comptabilise les incidents antisémites depuis une trentaine d’années, affirme que 767 actes antisémites ont été rapportés au Royaume-uni au cours du premier semestre, représentant une hausse de 30% par rapport à 2016.

Ces chiffres croissants en inquiètent plus d’un. Sir Eric Pickles, le président des amis conservateurs d’Israël, est d’avis que « le temps est venu de chasser la racine de l’antisémitisme de la vie anglaise ».

La ministre de l’Intérieur Amber Rudd a quant à elle déclaré :

« L’antisémitisme n’a pas sa place dans ce pays, qui tire sa fierté de son ouverture, de sa diversité et de sa tolérance. »

Publicités