Afrique du Sud : le président Jacob Zuma démissionne avec « effet immédiat »

« Même si je ne suis pas d’accord avec la décision des leaders de mon parti, j’ai toujours été un membre discipliné », a-t-il lancé lors d’une allocution retransmise en direct à la télévision.

Le président sud-africain a finalement décidé de se plier aux ordres de son parti, le Congrès national africain (ANC). Après avoir laissé planer le doute sur son maintien au pouvoir, Jacob Zuma a annoncé, dans la soirée du mercredi 14 février, sa démission avec « effet immédiat », sans attendre le débat autour d’une motion de défiance, jeudi, au Parlement.

« J’ai décidé de démissionner du poste de président de la République avec effet immédiat, même si je suis en désaccord avec la direction de mon organisation », a déclaré M. Zuma lors d’une allocution retransmise en direct à la télévision.

Après des semaines de tractations et de réunions, le parti au pouvoir avait exigé, mardi, la démission du président Zuma, empêtré dans des scandales de corruption. Faute d’une réponse de sa part, le parti avait décidé mercredi à la mi-journée de le forcer à quitter le pouvoir, en annonçant le vote dès jeudi d’une motion défiance dont l’issue ne faisait aucun doute.

C’est de manière détendue que Jacob Zuma s’est présenté mercredi soir face à un micro. « Pourquoi avez-vous l’air si sérieux ? Qu’est-ce qui se passe ? », a-t-il osé lancer, presque hilare, avant d’entamer un long discours.

« J’ai une dette envers l’ANC que j’ai servi presque toute ma vie, a-t-il insisté. Je respecte chaque membre et chaque chef de ce mouvement glorieux. Je respecte sa lutte contre des siècles d’apartheid et de brutalité de la minorité blanche. »

« Une sortie facile »

Sur un ton sobre et appliqué, Jacob Zuma a poursuivi :

« C’est mon parti qui m’a mis à la présidence. C’est mon parti qui m’a demandé de me présenter devant l’assemblée nationale pour être élu. C’est mon parti qui m’a demandé de servir sur la base de la Constitution qui est la loi suprême de notre pays. »

« Ne vous trompez pas, aucun leader doit rester au-delà du temps qui lui est imparti par le peuple. Aucun leader ne doit chercher une sortie facile. »

Le pouvoir de Jacob Zuma a commencé à vaciller depuis l’élection, en décembre, à la tête de l’ANC, du vice-président Cyril Ramaphosa, qui avait axé sa campagne sur la lutte contre la corruption. Ce dernier était déterminé à pousser au plus vite vers la sortie le président Zuma, devenu trop encombrant en vue des élections générales de 2019.

Conformément à la Constitution, Cyril Ramaphosa est devenu le président de la République par intérim dès la démission de Jacob Zuma. Le Parlement doit encore, dans les trente jours, l’élire formellement à ce poste. L’élection devrait, désormais, être organisée d’ici à vendredi.

Quant à Jacob Zuma, il a terminé son discours en promettant de continuer « à servir le peuple d’Afrique du Sud ». « On se reverra bientôt », a-t-il soufflé avant de disparaître.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s