Sierra Leone : test réussi pour une démocratie fragile

Après le triple scrutin du 7 mars, les Sierra-Léonais attendent les résultats des élections les plus ouvertes de l’histoire avec une question en tête : qui succédera au président Ernest Bai Koroma ?

Les Sierra-Léonais se sont massivement rendus aux urnes mercredi 7 mars pour élire un nouveau président de la République mais aussi de nouveaux députés et des conseillers municipaux. Il faut dire que le changement est attendu ici peut-être plus qu’ailleurs sur le continent après ces dernières années où la crise sanitaire d’Ebola est venue s’agréger à une crise économique due principalement à la guerre civile qui a duré 10 ans. Les résultats sont attendus 48 heures après la tenue des trois principaux scrutins. Mais ce jeudi, la tension est montée d’un cran face à la lenteur dans la publication des premiers résultats. L’inquiétude est aussi grandissante de le pays, car des rumeurs ont fait état de piratage du système de comptabilisation des voix. Aucun taux de participation n’a été annoncé.

« Soyez patients », demande le président de la Commission électorale nationale

L’appel du président de la Commission électorale nationale (NEC) Mohamed Conteh est intervenu après que la police se soit rendue au bureau du principal candidat de l’opposition, Julius Maada Bio, pour demander une perquisition après le vote de mercredi.

Publicités