Des Blancs dénoncent une « exclusion raciale » en Afrique du Sud

Un syndicat sud-africain composé majoritairement de Blancs va entamer lundi un mouvement de grève pour protester contre un régime d’actionnariat privilégiant les travailleurs noirs.

« Solidarity Union » dénonce une « discrimination flagrante » dont seraient victimes ses membres blancs.

La grève va durer trois semaines, annonce la direction du syndicat, soulignant que c’est « la première fois dans l’histoire de l’Afrique du Sud que des employés blancs font grève pour cause d’exclusion raciale ».

La société pétrochimique Sasol, spécialisée dans la transformation du charbon en combustible, a déclaré l’an dernier qu’elle augmenterait de 25 % au moins les parts de son capital détenues par les Noirs.

Solidarity Union » compte 6.300 membres travaillant pour Sasol en Afrique du Sud.

Ses militants trouvent injuste que les employés noirs soient privilégiés quand il s’agit de distribuer des actions de la société pétrochimique aux employés.

Les entreprises sud-africaines sont tenues de respecter les quotas de propriété en vertu des lois visant à réduire l’impact de l’apartheid dans l’actionnariat des entreprises.

L’apartheid est le régime de ségrégation raciale en faveur de la minorité blanche, qui a dirigé l’Afrique du Sud jusqu’au début des années 90.

Publicités