Des équipes de sénateurs Barundi vont vérifier le respect des quota ethniques dans les ONGE, en respect de l’Accord d’Arusha de 2000.

Burundi : Accord d’Arusha – Le respect des quota ethniques dans les ONGs ( photo : Ikiriho 2018 )

BUJUMBURA, Lundi 17 septembre 2018 – En collaboration avec les ministères des Affaires étrangères, de l’Intérieur, de la Formation patriotique et du Développement local, L’Hon. NIYONGABO Anicet, Vice Président du SENAT DU BURUNDI, a informé que , les jours à venir, en vertu de l’article 38 de la loi promulgué le lundi 23 janvier 2017 régissant les Organisations Non Gouvernementales Extérieurs (ONGE) agréées au Burundi, qui donnait un délai de 6 mois pour se mettre en conformité avec ses dispositions, une équipe de sénateurs Barundi vont se rendre dans les ONGEs à travers le pays pour vérifier cette conformité.

Le calendrier précis sera porté à la connaissance des ONGE concernés, les invitant à collaborer avec l’équipe des sénateurs.

Au Burundi, la considération ethnique a été héritée par la Colonisation Belge et étendue par l’Accord d’Arusha de 2000. Dans l’Accord d’Arusha, repris par la Constitution actuelle, le Sénat est l’institution qui contrôle le respect des quota ethniques. Ces quotas ethniques de l’Accord d’Arusha 2000 ( 50% HUTU – 50% TUTSI à l’armée et à la police , et 60% HUTU – 40%TUTSI dans l’administration ) ont pour origine une proposition de l’ancien dictateur de la COMMUNAUTE HIMA burundaise, le Major BUYOYA Pierre. Son idée était que sa COMMUNAUTE HIMA burundaise soit pris en compte dans le quota TUTSI (*).

Lors de la RÉVOLUTION DE COULEUR AU BURUNDI EN 2015  [ http://burundi-agnews.org/revolution-de-couleur/ ] et de SON COUP D’ETAT MILITAIRE raté, les BARUNDI se sont rendus compte que ce sont les ONGE qui ont été utilisés. Or la sociologie de ces ONGE étaient qu’elles employaient souvent 100% de Barundi de la COMMUNAUTE HIMA [ http://burundi-agnews.org/afrique/burundi-les-asbl-ongs-hima-radiees-en-2015-veulent-une-transition/ ]. De plus, derrière le COUP D’ETAT MILITAIRE RATE, on retrouvait des officiers de la COMMUNAUTE HIMA liée à l’ancien DICTATEUR BUYOYA, lui-même HIMA.

Ce déplacement de sénateurs dans les ONGE a ainsi un enjeu sécuritaire, à 2 ans des prochains scrutins démocratiques burundaises.

BAG

Publicités

Un commentaire sur “Des équipes de sénateurs Barundi vont vérifier le respect des quota ethniques dans les ONGE, en respect de l’Accord d’Arusha de 2000.

Les commentaires sont fermés.