Réparer les poumons grâce à l’alimentation, c’est possible ?

img_20190105_112404_196

Il y a quelques temps nous vous parlions de la BPCO, cette maladie encore méconnue qui provoque une diminution progressive du souffle. Rappelons que celle-ci est dans la plupart des cas due au tabagisme mais qu’il existe aussi d’autres facteurs de risques. Nous vous informions que son évolution pouvait être ralentie grâce à une prise en charge multidisciplinaire et un diagnostic précoce.
De plus, même sans être exposé à des facteurs de risques, on constate souvent qu’on n’a plus de même souffle à 50 ans qu’à nos 20 ans ! C’est tout à fait normal : à partir de 30 ans, notre fonction pulmonaire décline et cela est variable d’un individu à un autre et dépend de nombreux autres facteurs.

Vous nous croiriez si on vous disait que l’alimentation peut contribuer à réparer les poumons ?

C’est ce que l’étude de l’Université Johns Hopkins présentée dans l’ European Respiratory Journal vient de démontrer : l’alimentation peut aider à réparer les poumons chez les ex-fumeurs. Et pas que chez les ex-fumeurs ! Chez les fumeurs et les non-fumeurs aussi.
L’équipe de chercheurs a étudié la fonction respiratoire et le régime alimentaire de plus de 650 adultes européens sur deux périodes, à savoir les années n et n+10 , soit 10 ans plus tard. Les participants devaient renseigner leur alimentation via un carnet alimentaire et subir des examens respiratoires pour déterminer par exemple le volume expiratoire maximal par seconde (VEMS) ou la quantité d’air inhalée en 6 secondes.

Attention, pas n’importe quelle alimentation !

L’analyse, établie sur une période de 10 ans, a révélé que :
– une alimentation riche en fruits, particulièrement la pomme, et en tomate (oui, la tomate est aussi un fruit, c’est vrai), ralentit le déclin de la fonction pulmonaire chez les ex-fumeurs.
– ceux qui mangent plus de 2 tomates ou plus de 3 portions de fruits par jour ont un déclin de la fonction pulmonaire plus lent que les autres.
– cet effet bénéfique et protecteur de l’alimentation n’est valable qu’avec une consommation de fruits et légumes frais.
Et cela ne vaut pas que pour les ex-fumeurs : il en va de même chez les fumeurs qui n’ont pas arrêté ! Et pour les non-fumeurs alors ? Eh bien c’est pareil ! Le processus naturel de vieillissement des poumons est aussi ralenti chez les personnes qui ont une alimentation riche en fruits et en tomate.

Mais qu’est ce qui peut bien se trouver dans les fruits ?

Des anti-oxydants pardi ! Vous avez déjà sûrement entendu parler mais un petit rappel ne peut pas faire de mal. Les anti-oxydants sont des composés que l’on retrouve dans les aliments et qui permettent à l’organisme de se protéger contre les radicaux libres et l’oxydation, c’est-à-dire qui permettent de ralentir le processus de vieillissement normal de nos cellules et donc par extension, de notre organisme.
Cette étude apporte donc des données qui contribuent à renforcer l’idée que des recommandations alimentaires particulières doivent être données aux fumeurs ou aux patients qui présentent de forts risques de BPCO pour améliorer leur fonction respiratoire.

Publicités