Au Soudan, la police disperse les manifestants à coups de gaz lacrymogènes

Près d’un mois après le début du mouvement de contestation, des Soudanais se sont rassemblés à Khartoum avant de se diriger vers le palais présidentiel.

La police a dispersé à coups de gaz lacrymogènes, jeudi 17 janvier, des manifestants antigouvernementaux qui marchaient en direction du palais présidentiel pour appeler le président Omar Al-Bachir à quitter le pouvoir, quatre semaines après le début de la contestation. Déclenchées le 19 décembre par la hausse des prix du pain et des médicaments et les pénuries dans un pays en plein marasme économique, les manifestations se sont transformées en rassemblements quasi quotidiens contre M. Al-Bachir, qui a catégoriquement rejeté leur appel à partir après trois décennies de règne.

Publicités