Révélations sur le meurtre de l’ex chef du renseignement rwandais

Dans cette lettre, le directeur du ministère public sud-africain informe que tous les suspects rwandais ont quitté l’Afrique du Sud en 2014 pour rentrer au Rwanda. 

Il précise également que les procureurs ont abandonné les poursuites dans l’affaire du meurtre de Patrick Karegeya compte tenu du fait qu’il n’existe aucun traité d’extradition entre l’Afrique du Sud et le Rwanda.

Au regard de ces nouveaux éléments, le magistrat chargé du dossier a demandé à la police de poursuivre ses enquêtes avant les prochaines auditions.

Elle devra répondre à des questions cruciales concernant l’enquête, notamment sur les mesures prises pour arrêter les suspects rwandais. Les enquêteurs ont deux semaines pour rendre leur rapport au tribunal, qui pourrait éventuellement déboucher sur un procès.

Patrick Karegeya, ancien chef des services secrets rwandais avait fui son pays en 2007, après être entré en dissidence avec les autorités actuelles du Rwanda.

Il a été retrouvé étranglé le 1er janvier 2014 dans un hôtel de luxe de Johannesburg. Selon l’autopsie, sa mort remontait à la veille, le 31 décembre 2013.

Le présidence rwandaise a toujours démenti toute implication dans cet assassinat.

Publicités