Une somme de 117 449 500 francs burundais a été collectée pour les élections de 2020

En marge de la réunion que le maire de la ville de Bujumbura a tenue, à l’endroit des responsables administratifs,  judiciaires et sécuritaires, le jeudi 17 janvier 2019, il a répondu à diverses questions des journalistes, dont celle relative à la collecte de la contribution de  la  population  urbaine aux élections  de 2020. Il  a  indiqué  que 117 449 500 de francs burundais ont été collectés.

Les journalistes ont voulu connaître l’état des lieux des contributions des habitants de la municipalité de Bujumbura aux élections de 2020. Le maire de la ville, Freddy Mbonimpa, a indiqué qu’on attendait 412 223 000 FBu. « Nous avons pu collecter pour les élections 2020,  en commune Mukaza 28 266 000 FBu, alors qu’on  devrait arriver à 129 900 000 de francs burundais, en commune Muha,  nous  avons eu 30 030 000 alors qu’on attendait 89 050 000 et en commune Ntahangwa, on a récolté 59 167 000 alors qu’on devrait avoir 193 273 000. Au total, nous avons collecté  117 449 500 FBuau moment où nous attendions une somme de 412 223 000 de FBu au cours de l’année 2018 », a indiqué M. Mbonimpa. Pour lui, même si on a pu collecter cette somme, celle-ci reste insuffisante compte tenu des prévisions ; raison pour laquelle, des efforts supplémentaires seront déployés pour collecter toute la somme prévue au cours de cette année 2019. 

Sur l’entretien de la voirie urbaine

Pour ce qui est de la voirie urbaine qui est, dans la plupart des cas, en mauvais état, le maire de la ville de Bujumbura a dit que l’entretien de la voirie urbaine se trouve dans la politique nationale du ministère des Travaux publics, équipement et aménagement du territoire et que la mairie n’a pas les possibilités de faire l’entretien de ces routes. Freddy Mbonimpa indique par conséquent qu’en février 2018, une correspondance de l’Office des routes (OdR), a été adressée à la direction générale des Setemu, confirmant qu’il y aurait une réunion avec le Fonds national routier, l’OdR et les Setemu, pour statuer sur la réhabilitation de certaines routes. Freddy Mbonimpa demande par là au ministère concerné de mettre en exécution le plan proposé.

Sur la collecte des déchets ménagers

Concernant la collecte des déchets ménagers solides, M. Mbonimpa a signalé qu’en toute évidence, la politique a échoué. « Cela parce que, dit-il, les conventions qui liaient les populations aux coopératives n’ont pas été scrupuleusement respectées. Certaines gens payaient, d’autres ne payaient pas. Ce qui a fait que certaines coopératives ont dû abandonner la collecte des déchets ménagers. Pour maintenir la salubrité au niveau de la municipalité de Bujumbura, nous pensons à une autre stratégie, celle de trouver un bailleur qui puisse transformer ces déchets ménagers en énergie. Nous ne doutons pas que cette stratégie apportera une amélioration, car il y aura une contre partie en argent ».

Des marchés toujours non fonctionnels

Il y a sept marchés qui ont été dernièrement réhabilités dans la municipalité de Bujumbura. Mais, jusqu’aujourd’hui, deux d’entre eux, celui de Kanyosha et celui de Kinama n’ont pas encore ouvert les portes. Les journalistes ont voulu connaître la raison de ce retard. A cette question, Freddy Mbonimpa a répondu que cela a été dû au fait qu’il y a eu des commerçants qui n’ont pas payé à temps à l’entreprise qui avait gagné le marché pour l’installation des stands métalliques dans ces marchés, les frais convenus. Et de dire que, selon les rapports de la commission ad hoc, le marché de Kinama va incessamment ouvrir et celui de Kanyosha, d’ici la fin de ce trimestre, au plus tard.

Publicités