Le mouvement de protestation s’embrase au Soudan

Des coups de feu ont été tirés lundi 8 avril à Khartoum entre forces de sécurité et opposants au régime d’Omar Al-Bachir. Rien ne les avait arrêtés. Ni les barrages des forces de sécurité – éléments issus des services de renseignement ou de différentes milices proches du pouvoir –, qui avaient bloqué les ponts de la capitale soudanaise, ni la menace de violences, d’arrestations ou de tirs. Des dizaines, peut-être des centaines de milliers de personnes ont déferlé dans Khartoum pendant tout un week-end, les 6 et 7 avril, pour se regrouper devant le quartier général des forces armées et appeler la troupe , dans une ambiance de célébration, à rejoindre le mouvement de protestation initié le 19 décembre et réclamant le départ du président, Omar Al-Bachir, ainsi que l’instauration d’une transition.

Publicités