Libye : Daesh profite-t-il de l’offensive du maréchal Haftar pour s’implanter dans le Sud ?

Si certains la considéraient vaincue en Libye après sa défaite à Syrte en 2016, l’organisation État islamique (EI) s’est en réalité réfugiée dans le sud du pays et réorganisée en plus petits groupes pour mener une guerre de guérilla. Ses attaques se sont multipliées depuis le début de l’offensive du général Haftar dans l’ouest du pays. Analyse. 

Deux attaques en une semaine, à seulement quelques kilomètres de distance. Jeudi 9 mai, un communiqué de son agence de propagande Amaq revendiquait une attaque du groupe État islamique (EI) contre le domicile d’un combattant de l’Armée nationale libyenne (ANL) à Ghadduwah (800 kilomètres au sud de Tripoli). Cinq jours plus tôt, un commando de jihadistes affiliés à l’organisation avait déjà lancé un assaut sur la ville de Sebha, située 70 kilomètres plus au nord. Une deuxième opération qui visait la caserne de la Brigade 160 de l’ANL et avait fait neuf morts.

Publicités